Connaitre ses missions, apprendre à gérer une classe, comprendre le fonctionnement de l’établissement ou de l’école, prendre ses repères… Alors que des débuts réussis sont essentiels pour le bon fonctionnement du service public d’éducation, le bienêtre au travail et la satisfaction de tous, que constate-ton ? Parfois du dépit, de la désillusion, souvent un sentiment d’abandon.

Comment repenser la formation l’accueil et l’accompagnement des personnels vers leur professionnalisation, leur autonomie et leur bienêtre ?

Un dossier réalisé par Laurent Alexandre, Alain Candau, Jean-Luc Évrard, Françoise Lambert, Élisabeth Ritzenthaler et Alexis Torchet. D’après le dossier initialement publié dans le magazine Profession Éducation du Sgen-CFDT n°253 – avril-mai 2017

Avec l’introduction d’un rythme de progression de carrière selon un cadencement unique, l’accord Parcours Professionnels, carrières et rémunérations – PPCR –  rend inutile la notation des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation.

Pour les personnels du premier et du second degré, c’est l’occasion d’en finir avec un système d’évaluation aveugle et infantilisant.

La création des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ÉSPÉ), prévue par la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République du 8 juillet 2013, a entériné la revendication du Sgen-CFDT qu’enseigner est un métier qui s’apprend dans le cadre d’une formation universitaire. Le dispositif de formation actuellement mis en œuvre dans les ÉSPÉ au sein des masters « métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation » (MEEF) nécessite d’être stabilisé et renforcé. L’architecture et le cahier des charges de la formation et du recrutement des enseignant·es et des personnels d’éducation doivent être repensés.

À la fin des années 70, l’autonomie des établissements s’inscrit dans la recherche d’une démocratie plus participative où les acteurs prennent directement part aux décisions relatives à l’organisation de leur travail. Mais, avec le développement du courant ultra libéral et la crise économique, s’impose la logique de rendre plus efficaces et moins couteuses, les politiques publiques. Les systèmes éducatifs européens n’échapperont pas à cette logique. Dès lors, le modèle de gouvernance va se modifier et introduire la notion de performance.

Où en est-on aujourd’hui ? Qu’en pense le Sgen-CFDT ? Autonomie de quoi parle-t-on ? Au moment où les candidats à l’élection présidentielle en campagne utilisent le terme d’autonomie sans le définir exactement, rappelons celle que revendique le Sgen-CFDT.

PPCR est l’abréviation qui résume plus d’une année de négociations consacrées aux « Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations » des fonctionnaires. Il concerne l’ensemble de la Fonction Publique (d’État, Territoriale et Hospitalière).

Le concours a, pour certains, toutes les vertus pour recruter les fonctionnaires. Il y a cependant matière à réflexion syndicale.

Les concours actuels sont-ils exempts d’effets discriminatoires ? Régionaux ou nationaux, parviennent-ils à assurer partout la couverture des postes par des fonctionnaires ? Comment comprendre que des agents non titulaires régulièrement évalués échouent quand ils passent les concours leur permettant d’exercer les mêmes fonctions mais en étant titulaires ? Comment rendre plus effectif le droit à la mobilité des agents, quel que soit le mode de recrutement ?

Dossier réalisé par Jean-Pierre Baills, Christine Barralis, Karima Boulhouchat, Xavier Boutrelle, Christophe Huguel, Jean-Louis Lopez, Catherine Nave-Bekhti, Gilles Russeil – publication initiale dans le magazine Profession Éducation – Mensuel de la fédération Sgen-CFDT n°248 – Octobre 2016

  • Résultat d’une année de négociations avec les organisations syndicales représentatives (2015), le protocole « Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations » – PPCR – définit le cadre général d’une revalorisation des carrières de l’ensemble des fonctionnaires des trois fonctions publiques (d’État, territoriale et hospitalière).
  • De nouvelles négociations menées en 2016 ont permis de définir et organiser sa transposition, corps par corps, dans chaque ministère.
  • Ce dossier présente les éléments clé de la déclinaison du protocole PPCR pour les agents de l’Enseignement supérieur et de la Recherche :
    • Filière chercheurs : Chargés de recherche.
    • Filière enseignants chercheurs : Maîtres de conférences et assimilés – Maîtres de conférences des disciplines de santé.
    • Filière des ingénieurs (ITA-ITRF) : Assistants ingénieurs – Ingénieurs d’études –  Ingénieurs de recherche des deux filières de recherche et formation et des établissements publics scientifiques et technologiques.
    • Filière des bibliothèques : Bibliothécaires – Conservateurs des bibliothèques